10 inconvénients à vivre sur la route !

 

La vie sur la route est une aventure que nous ne manquerions pour rien au monde mais qui force aux compromis. Au fil du temps, nous vous partagerons les astuces qui transforment les inconvénients en anecdotes du coin du feu !

Alors voici notre classement des 10 choses à savoir sur la vie en van qui craignent, qui puent, qui sont bien là !

1. Rester propre

Même avec la meilleure des volontés, nous avons battu notre record… 3 jours sans douche ! Et croyez-moi, Noisia sentait meilleur que nous. Ce n’est clairement pas la dernière fois que cela nous arrivera et les bains dans des lacs/rivières bien frais nous arriveront plus d’une fois.

Plusieurs options :

  • la toilette au gant
  • la douche fabrication maison DIY
  • la douche type Waterport

Dans le Combi, nous disposons de 2x16L de réserves d’eau sous l’évier. 32L, ça part très vite et trouver un endroit où faire notre ravitaillement en eau (potable quand c’est possible) peut s’avérer compliqué. Nous avons testé la « douche maison » lors de notre Tour de Corse mais c’était un échec… On vous raconte l’histoire dans le Paragraphe « Jour 10 ». Nous avons donc opté pour la douche Waterport dont nous vous parlerons prochainement.

En cas de coup dur, il y a toujours l’option des lingettes. Elles nous ont dépannés mais rien ne vaut une bonne douche chaude ! Pour les lingettes, privilégiez celles avec une précision « antibactérienne ». Certaines lingettes n’ont qu’un peu de « liquide qui sent bon » sur un tissu et ne vous seront pas d’un grand secours d’un point de vue hygiénique.

 

2. Trouver un emplacement gratuit 

L’application Park4night est notre meilleure amie. Trouver un emplacement gratuit, ne pas déranger, être accepté, avoir du réseau, avoir une belle vue, pas trop de bruit, être en sécurité… tous ces éléments ne sont pas toujours réunis. La conquête du spot parfait est probablement la tâche quotidienne la plus importante du vanlifer ! Le plus dur pour nous est d’arriver à la nuit tombée dans une grande ville. Le Combi ne passe pas inaperçu et nous devons vraiment trouver un spot où être tranquilles un moment sans trop attirer l’attention.

Pour vous éviter de prendre des risques inutiles, privilégiez les zones isolées, vérifiez que vous n’êtes bien chez personne ni sur un site protégé et surtout, gardez vos déchets pour la prochaine poubelle que vous croiserez. Ne laissez rien traîner, il en va de la réputation de l’ensemble des vanlifers. C’est parfois un peu plus compliqué pour les excréments mais, dans la mesure du possible, creusez votre trou et utilisez du papier biodégradable ! Ne faites pas votre affaire là ou d’autres passeront juste après vous.

« Les risques », quels sont ils ?
C’est se faire réveiller par un voisin, par les forces de l’ordre en plein milieu d’un rêve ou bien même par Marcel qui se fait chahuter par le vent. C’est le risque de se faire braquer ou attaquer mais là, il faut vraiment jouer de malchance.

Les préjugés sont parfois là et vous pouvez vite passer pour des hippies pas très chics. En général, il vaut mieux partir en s’excusant plutôt que négocier quoi que ce soit. Toutefois, un sourire et une explication suffisent pour que tout se passe bien dans 99% des cas.

3. Se déplacer sans arrêt

Nous essayons de toujours trouver des endroits où nous pouvons rester quelques jours. Se poser fait aussi partie de la vie sur la route. Il faut pouvoir trouver sa routine, elle est nécessaire.
Pour nous, travailler fait partie du jeu. Il nous faut trouver des spots qui permettent de le faire (en sécurité, avec du réseau, sans nuisance). Un bon campement demande un peu de temps, à tel point que l’on n’a pas toujours envie de le quitter ! Mais attention à ne pas rester trop longtemps au même endroit pour ne pas attirer l’attention de personnes malveillantes…

Petit conseil : évitez de trop raconter où vous vous êtes garés ou bien encore ce que vous transportez. Nous suivons nous même ce conseil et ne publions nos photos et aventures qu’en léger différé pour nous éviter tout cambriolage ou autres mésaventures.

4. Ne pas voir sa famille & ses amis

Devoir dire au revoir à sa famille, c’est déjà une grosse étape. Surtout quand la famille est triste depuis des mois rien qu’à l’idée de vous voir partir. Vos amis seront tout loin aussi… Pour notre cas, on compte sur eux pour venir vivre une part d’aventure avec nous !
Nous avons décidé de toujours garder un budget « billets France » pour revenir en cas de besoin. C’est un peu notre carte Joker dont nous ne devrons pas abuser. Une carte compliquée car elle nous obligera à trouver une personne de confiance pour garder notre Marcel et probablement notre petite Noisia. Une logistique dont nous n’avons pas encore le secret !

Nous avons hâte de faire des nouvelles rencontres, de tisser de nouvelles amitiés mais rien ne remplacera notre petit cercle de proches en France.

5. Travailler et être productif

Avoir son véhicule comme bureau n’a clairement pas que des avantages. Il faut se rappeler que dans notre cas, Marcel attire la curiosité et se faire aborder devient une activité quotidienne. Que ce soit dans un van ou derrière un bureau, distraction n’est pas synonyme d’efficacité.

Quand nous arrivons finalement à avoir un peu de tranquillité, il nous faut également disposer d’assez d’électricité (générée par les panneaux solaires) pour pouvoir travailler une journée complète avec nos 2 ordinateurs. Enfin, il nous faut aussi idéalement du réseau.

Si vous ne travaillez pas depuis votre véhicule, votre travail sera alors probablement manuel. Il y a de fortes chances qu’à la fin de la journée vous ayez envie d’une bonne douche… et elle ne sera pas toujours là !

6. Calculer son espace

Nous ne pouvons pas prendre tout ce dont nous avons besoin, notamment suivant les endroits que nous visitons. C’est pourquoi il faut savoir prendre un équipement (vêtements, chaussures…) qui s’accordent autant pour l’hiver que pour l’été, pas facile !

Les ustensiles de cuisine font aussi partie du tri ! C’est à ce moment là que l’on se rend compte des 10 fois trop de choses qui sont à la maison pour rien.

Le moment le plus délicat de la journée est le passage du mode jour au mode nuit. Qu’importe votre véhicule ou presque, vous aurez toujours des choses à déplacer / pivoter / déplier. L’organisation est la clé ! Avec l’habitude, tout ne sera plus qu’une routine mécanique.

Dans l’idéal, nous aurions aimé emmener avec nous :

  • nos 2 fidèles destriers (BMW R100RT et MotoGuzzi V65)
  • 2 moteurs de secours pour Marcel
  • un four
  • un spa

Mais nous ne pouvons pas tout emporter. La solution sera la location pour se faire plaisir de temps en temps en moto et pour le reste, on s’en accommodera =)

7. Tomber en panne, mais surtout savoir le réparer

Quand vous avez un Combi ou tout autre véhicule mais j’insiste sur notre vieil ami VW, tomber en panne fait parti du jeu. Vous avez la solution de prendre des pièces de secours (ce qui rentre dans le « coffre ») ou bien de vous dire que vous aurez de la chance. Je pense qu’un bon 50/50 s’impose haha. Mais franchement si vous êtes un jour coincé au milieu de nulle part, vous serez bien contents d’avoir pensé à l’essentiel… et peut-être d’avoir lu ce conseil.

8. Avoir son coin à soi

Avoir sa garçonnière, son endroit pour avoir la paix, son canapé pour regarder les films de guerre (pour les filles, regarder vos films cucul ou vous épiler en toute discrétion) il faut l’oublier ! Soyez sûr de vouloir tout partager avec votre co-pilote… et de le/la supporter jusqu’au bout du monde !

9. Avoir froid, avoir chaud : la météo

Etre coincé dans Marcel pendant plusieurs jours parce qu’il fait trop froid dehors, parce qu’il pleut ou au contraire ne pas vouloir y mettre les pieds parce qu’on finit par y crever de chaud, ce n’est pas une légende. Nous avons tout fait pour isoler au mieux notre petite maison et également la chauffer mais parfois, dame nature est la plus forte quoi qu’il arrive !  Le mieux est de bouger en fonction de la météo mais ce n’est pas toujours possible et surtout prévisible. Et parfois, même si vous avez tout prévu – comme laisser les braises du poêle le temps d’une promenade – il se peut que ça ne suffise pas et qu’à votre retour le gel ait commencé son installation dans votre maison… l’humidité sera probablement votre pire ennemi.

OH et pour le côté « chaleur chaleur » de l’été, la fenêtre jalousie et son filet d’air sont nos héros !

10. Chercher les toilettes

Ahhh le pipi du matin ou le pipi de la nuit suite à un abus de thé (…haha) pour nous réchauffer… et bien vous vous retournerez plus d’une fois dans le lit pour voir si vous arrivez à vous rendormir sans que votre vessie ne vous supplie.

Nous avons choisi de ne pas prendre de toilettes (type caissette) avec nous car :

  • trop d’odeurs même en étant maniaques
  • trop peur de retrouver Noisia dedans, la truffe toute bleue
  • trop « pas de place » 🙂

Mais nous avons quand même notre petit équipement lorsque l’environnement nous le permet :

Sinon, la solution est simple quand elle est possible : les toilettes publiques, celles des restaurants, des grandes surfaces ou la nature, ses rochers et ses buissons ! L’important, c’est d’enterrer et d’utiliser du papier biodégradable autant que possible.


Voilà, vous savez tout ou presque… Le meilleur conseil que nous pouvons vous donner, c’est d’essayer avant d’y adhérer. Partez en WE, puis en vacances… puis en longues vacances. Vous verrez si vous êtes faits pour cette vie ou une autre. Personnellement, c’était en nous et nous savions qu’essayer c’était l’adopter.

À vous de nous partager votre expérience, les situations atypiques, vos astuces… commentez et nous agrémenterons ce poste de vos mises à jour !

Written by Julien